Journée spirituelle pour les femmes

21 novembre 2015 0 Par Paroisse Saint-Paul
Une vingtaine de femmes, toutes générations confondues, venues des quatre coins du diocèse, se sont rassemblées ce mardi 17 novembre pour une journée spirituelle, animée par les religieuses de la Famille missionnaire de Notre-Dame des Neiges, à la Roche-sur-Yon. Cette journée a été vécue le plus possible dans le silence, car « Jésus ne parle pas dans le bruit », rappelle Sœur Lidwine en préambule.
Au programme de cette pause spirituelle sur le thème de la foi: enseignements, temps d’adoration, célébration de l’eucharistie, proposition de recevoir le sacrement de la réconciliation.

Lors de son enseignement, développant la vertu théologale de la foi, Sœur Philippine souligne que « la foi est une adhésion à Dieu qui se révèle ». La foi, définie par le Youcat (catéchisme de l’Eglise catholique pour les jeunes), est de l’ordre de la confiance et de la connaissance. « La confiance est fondamentale pour croire. Je peux faire une confiance absolue en Dieu car Il ne peut me tromper ». Puis, sur la connaissance, « Dieu révèle des choses que je ne pourrais pas connaître par moi-même ».
Evoquant ensuite « le combat de la foi », déjà défendu par Saint Paul aux premiers temps de l’Eglise, tant au niveau personnel qu’au niveau de la société, Sœur Philippine rappelle que « la foi est un combat pour chacun : il faut l’humilité de l’intelligence humaine et vivre des sacrements que Dieu met à disposition, notamment dans la réconciliation, pour avancer chaque jour et suivre le Christ ». Le combat de la foi se vit aussi au sein de la société, « qui baigne dans le relativisme, fondé sur le postulat qu’aucun système de valeurs ne peut être universel pour tous ».
Cette journée spirituelle a été appréciée par les participantes : « Ce fut une belle pause dans notre quotidien pour nous tourner vers le Seigneur ! Grâce aux enseignements, j’ai pu approfondir ma connaissance de la vertu de la foi et prendre conscience de l’importance d’être des sentinelles de l’invisible (comme le disait Saint Jean-Paul II) en créant un climat de foi au sein de nos familles ». Un sentiment partagé par cette mère de famille : « Durant cette journée j’ai réentendu les fondements de la foi, ce trésor que j’ai reçu à mon baptême il y a déjà 46 ans …Sœur Philippine nous a encouragées à rendre grâce pour cela ! Sœur Lidwine nous décrit notre mission de femme comme sentinelle de l’invisible. A nous de répondre à cet appel au cœur de nos familles pour enseigner et agir de façon cohérente dans l’éducation de nos enfants ».
Le prochain rendez-vous aura lieu le 23 février 2016 autour de la vertu de l’espérance.

AD