En marche vers Noël – Edito du bulletin paroissial de décembre

12 décembre 2015 0 Par Paroisse Saint-Paul
Quelques jours après les attentats qui ont endeuillé notre pays et le monde entier, gardons l’espérance que notre Père qui est tout miséricorde ne nous oublie pas. Il nous porte dans la paume de sa main et nous réconforte avec toute sa tendresse de Père. Nous condamnons tous cette violence qui ne peut que faire reculer la paix déjà si difficile à construire. Ce n’est pas seulement notre pays qui souffre et qui est en deuil, mais l’humanité entière.
Un peu partout, nos frères et sœurs humains, chrétiens, musulmans, bouddhistes, de toutes religions ou athées se sont fraternellement retrouvés afin de montrer leur amour de la vie et leur refus de la haine.
En Vendée, de nombreux chrétiens se sont retrouvés, parfois lors de rencontres œcuméniques ou interreligieuses,  pour  prier pour les nombreuses victimes, pour ceux qui ont été blessés et pour la paix.
Ne craignons pas d’affirmer et de vivre que l’amour est plus fort que la mort. Ne craignons pas non plus d’être fiers de notre culture et de tout ce que des millions d’hommes et de femmes, chrétiens ou pas, a pu créer de beau et de riche dans notre pays.
Alors que le huit décembre commence le jubilé de la miséricorde, essayons de nous aimer davantage, montrons notre unité, particulièrement dans nos familles, dans nos quartiers, dans notre Eglise si fragile malgré son désir profond de vivre de l’amour dont Jésus nous comble. Témoignons de la miséricorde infinie de Dieu en ayant le désir de nous réconcilier et de nous aimer les uns les autres.
Que notre foi nous aide à ne pas laisser la peur nous envahir. Ayons confiance les uns dans les autres. Ne jetons pas un regard de méfiance sur nos frères musulmans, en cette période ou la tentation pourrait être de les rejeter. Au contraire, essayons de mieux les connaître, de les reconnaître comme des frères et des sœurs en humanité.
Le début du grand jubilé de la miséricorde coïncide avec le début de l’Avent. Tournons-nous résolument vers l’enfant qui va naître, retrouvons la joie qui nous est donnée par notre foi en Jésus dans l’attente de Noël et de la célébration de sa naissance prochaine. Jésus, dans le mystère de l’incarnation vient sur terre et nous apporte le salut. Soyons joyeux  de la joie de celles et de ceux qui se savent aimés de Dieu ; notre Dieu nous l’offre, il vient à notre rencontre. Ouvrons lui les portes de notre vie et de notre cœur et ayons l’audace de la partager avec celles et ceux qui n’en vivent pas encore.
Nous allons essayer dans notre paroisse de vivre davantage en cette nouvelle année la diaconie. Sachons être inventifs et accueillants aux plus pauvres d’entre nous. Plusieurs propositions vont être faites, sachons y répondre avec enthousiasme. Faisons-nous proches de celles et de ceux qui n’ont pas de quoi manger, qui n’ont même pas de logement, je pense aux réfugiés, à ceux qui arrivent comme à ceux qui sont déjà là, aux très nombreuses personnes qui souffrent de la solitude. Montrons nous sensibles à la souffrance de toutes ces personnes au ban de la société, n’ayons pas peur, car elles sont nos sœurs et nos frères, enfants bien aimés du même Père, animés par le même Esprit.