EDITO JUIN 2017 – PENTECÔTE

700 ans d’histoire de notre diocèse. 700 ans sous la conduite de l’Esprit-Saint. Voilà de quoi nous réjouir. Mais nous ne sommes pas là seulement pour regarder, parfois avec nostalgie, en arrière. Nous sommes invités à regarder vers l’avant. L’histoire de notre diocèse s’est écrite à la suite de tant d’hommes et de femmes qui ont avancé sur le chemin de la sainteté, parfois au prix du martyr. En faisant mémoire de leurs vies données pour l’Evangile à la suite du Christ, ouvrons nos cœurs à l’espérance, découvrant que ce chemin de la sainteté doit devenir un peu plus le nôtre chaque jour.
Le Pape François, lors du jeudi de l’Ascension est venu nous redire à la suite de Paul VI, Jean Paul II et Benoit XVI, que la première raison d’être de l’Eglise est la mission.
Interrogeons-nous, comment des hommes et des femmes, ou des enfants, pourraient-ils croire en Dieu si l’Evangile n’est pas proclamé et vécu par de véritables témoins.
En cette même Pentecôte, le Pape François a voulu prier pour ce renouveau de l’Église dont nous avons tous besoin chacun personnellement.
L’Eglise ne peut se renouveler, que par le renouvèlement personnel de chacun d’entre nous. C’est l’appel de notre évêque, c’est l’appel du Pape François, c’est l’appel du Christ.
Tous, de par la grâce de notre baptême, nous sommes appelés à devenir des pierres vivantes, au sein de l’Eglise et dans le monde.
La grâce du Concile Vatican II est de nous faire redécouvrir la complémentarité des missions et des états de vie dans l’Eglise. Ensemble, dans l’unité du corps du Christ, nous avons à servir nos frères en leur annonçant la Bonne Nouvelle de l’Evangile.
Que chacun, aussi loin soit-il du Christ ou de l’Eglise, puisse faire l’expérience de l’Amour Miséricordieux du Père. La révélation de cet amour que nous a fait le Christ se poursuit aujourd’hui, s’actualise dans son corps qui est l’Eglise.
Soyons heureux d’être de cette Eglise.
Soyons heureux d’être cette Eglise
Père Philippe GAUER