Édito novembre 2017

Cette année, le mois de novembre sera marqué par la première journée mondiale des Pauvres. Instaurée par le Pape François, elle aura lieu le 19 novembre. Méditons quelques passages du message du Pape pour cette occasion. Cela nous permettra d’entrer dans l’esprit qui doit animer cette journée.
Le Pape commence par faire un constat percutant pour nous obliger à nous ouvrir aux pauvres. « Ne pensons pas aux pauvres uniquement comme destinataires d’une bonne action de volontariat à faire une fois la semaine, ou encore moins de gestes improvisés de bonne volonté pour apaiser notre conscience. » (Message du Saint-Père pour la journée mondiale des pauvres, n° 3) Voilà qui est dit.
Mais alors comment s’y prendre, direz-vous ? La clef que nous donne le Pape, nous remet au cœur de notre vie chrétienne. « Si nous voulons rencontrer réellement le Christ, il est nécessaire que nous touchions son corps dans le corps des pauvres couvert de plaies, comme réponse à la communion sacramentelle reçue dans l’Eucharistie. Le Corps du Christ, rompu dans la liturgie sacrée, se laisse retrouver, par la charité partagée, dans les visages et dans les personnes des frères et des sœurs les plus faibles. » (idem)
« Nous sommes appelés, par conséquent, à tendre la main aux pauvres, à les rencontrer, à les regarder dans les yeux, à les embrasser, pour leur faire sentir la chaleur de l’amour qui rompt le cercle de la solitude. » (idem) Pour nous aider à rencontrer les pauvres, il existe de nombreuses associations caritatives, comme les conférences Saint-Vincent de Paul ou le Secours Catholique. Mais la paroisse n’est pas en reste. Elle organise, le dernier dimanche de chaque mois, un repas solidaire au 10 rue Lafontaine. Il y a toujours besoin de « petites mains » pour faire un plat ou pour servir à table. Ils sont une bonne cinquantaine à venir chaque mois. Alors saisissons cette occasion toute simple pour rencontrer concrètement des pauvres.
Le mois de novembre est aussi celui où nous pensons à nos morts, que ce soit à l’occasion du 2, commémoraison de tous les fidèles défunts, ou du 11 novembre, armistice de 14-18. Pourquoi y revenir annuellement ? Parce que malgré les bons moments que nous avons pu passer avec eux, ils ont besoin d’être purifiés pour paraître devant le Dieu trois fois saint. Mais depuis le temps que l’on prie pour eux ne sont-ils pas déjà au Ciel ? Peut-être. Et si tel est le cas, nos prières servent à d’autres.
De toutes les prières, la Messe est la plus puissante sur le cœur de Dieu. Car elle est le sacrifice non sanglant du Christ sur la Croix. Alors pourquoi ne pas offrir une ou des Messes pour le repos de l’âme de nos défunts. Ne pensons pas à eux sans prier pour eux. Ce sont des pauvres qui n’ont que nous. Faisons leur le cadeau du Ciel.
Le mois de novembre a donc pour thème les pauvres. Le Pape François nous invite à agir concrètement : « « Petits enfants, n’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité » (1 Jn 3, 18). Ces paroles de l’apôtre Jean expriment un impératif dont aucun chrétien ne peut faire abstraction. » (N° 1) Ainsi donc, que les pauvres soient bien vivants ou défunts, agissons !
Père Frédéric LAURENT osv

 

Partagez

Commentaire ( 1 )

  • Buton says:

    A l’attention du Père Frédéric Laurent
    Sauf erreur de ma part, la paroisse n’est pas seule à organiser les repas de solidarité car la Conférence Saint Vincent de Paul de La Roche-sur-Yon y participe très largement.
    Cordialement,
    Edith Buton

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont précisés. *