Categorie: ACTUALITE DU MOMENT

19 décembre 2018 : permanence de prêtres de 7h à 22h dans l’église St Louis pour le sacrement du Pardon

7h-8h : Abbé Dominique Lubot
8h-9h : Abbé Dominique Lubot
9h-10h : Père Fabio (osv), Abbé Jean-Marie Parrat, Abbé Jean Colin, Abbé Yves Clénet (9h30-10h30)
10h-11h : Abbé Philippe Airaud, Abbé Jean-Marie Parrat, Abbé Jean Colin, Abbé Philippe Gauer
11h-12h : Abbé Philippe Airaud, Père Bruno Felgeyrolles (osv), Abbé Jean Colin, Abbé Philippe Gauer
12h-13h : Père Frédéric Laurent (osv), Père Bruno Felgeyrolles (osv)
13h-14h : Père Frédéric Laurent (osv), Abbé Jérôme Monribot
14h-15h : Abbé Jean-Marie Parrat, Abbé Jérôme Monribot, Abbé Verkys, Abbé Janvier (14h30)
15h-16h : Abbé Jean-Marie Parrat, Abbé Philippe Airaud, Abbé Philippe Gauer, Abbé Janvier (16h30)
16h-17h : Abbé Jean-Marie Parrat, Abbé Philippe Airaud, Abbé Philippe Gauer, Abbé Joseph Boisseau
17h-18h : Abbé Jean Colin, Abbé Philippe Airaud, Mgr Hubert Barbier, Abbé Joseph Boisseau
18h-19h : Abbé Jean Colin, Père Bruno Felgeyrolles, Mgr Hubert Barbier, Père Serge (osv)
19h-20h : Père Frédéric Laurent (osv), Père Bruno Felgeyrolles (osv), Abbé Dominique Lubot, Père Serge (osv)
20h-21h : Père Frédéric Laurent (osv), Père Rorthais (osv), Abbé Dominique Lubot, Père Daniel (osv), Père Fabio (osv)
21h-22h : Père Frédéric Laurent (osv), Père Rorthais (osv), Abbé Dominique Lubot, Père Daniel (osv), Père Fabio (osv)

Gilet jaune et chasuble violette
On dit que le mouvement des gilets jaunes n’exprime pas seulement la préoccupation du prix des carburants mais «véhicule» aussi beaucoup de mécontentements touchant en général la baisse du pouvoir d’achat des classes moyennes et des pauvres. Les riches de moins en moins nombreux mais, paraît-il, de plus en plus riches ne seraient évidemment pas présents à ce mouvement. Il est possible aussi que les grands industriels, les grands groupes financiers, comme les grands laboratoires dans leur domaine, décident en amont des orientations de l’économie et que finalement les gouvernements et les politiques n’auraient qu’à suivre le mouvement ainsi donné. La croissance est le fil conducteur de tout cela sans que l’on sache bien au juste ce qu’elle signifie sinon peut-être une consommation sans modération, une vie sans contraintes, un bonheur matériel évidemment jamais satisfait… Bref, le monde est «en marche» mais ne sait pas vers quoi. Comme le dit le Psaume 1 verset 6: « Le Seigneur connaît le chemin des justes, mais le chemin des méchants se perdra.»
Le temps de l’Avent qui s’ouvre sera marqué liturgiquement par la couleur violette des ornements, couleur de la pénitence, du deuil, de la conversion, de l’attente d’un jour nouveau: «Car ce que nous attendons, écrit saint Pierre dans sa 2ème Lettre, selon la promesse du Seigneur, c’est un ciel nouveau et une terre nouvelle où résidera la justice. C’est pourquoi, bien-aimés, en attendant cela, faites tout pour qu’on vous trouve sans tache ni défaut, dans la paix.» (2P3, 13-14).
La couleur violette va donc être notre signe de ralliement, le signe de ralliement de tous ceux qui veulent préparer les chemins du Seigneur et faciliter son passage dans les cœurs. Seul le saint Enfant de Bethléem, parce qu’Il est le Fils de Dieu est capable de donner un sens à tout ce que nous vivons sur la terre, parce qu’Il a vécu en tout comme nous sauf le péché. Mais Il a tout vécu en pauvre et en serviteur, faisant le bien partout où Il passait et recevant en échange brimades, tortures souffrances, la mort sur la Croix, et enfin la Résurrection qui va multiplier à l’infini son pouvoir de rachat…
Il n’y a pas à choisir entre gilet jaune et chasuble violette: dans tous les cas il nous faut profiter de cette nouvelle année liturgique pour faire des choix énergiques et courageux dans notre vie, de  ressembler un peu plus dans le monde à Jésus-Christ afin que le monde croie et qu’il soit sauvé car, dit Jésus, «si vous ne croyez pas que moi, JE SUIS, vous périrez tous dans vos péchés» (8,24). Examinons quel est notre style de vie et rendons-le radicalement évangélique en diminuant notre train de vie. «Préparez le chemin du Seigneur; tracez droit, dans les terres arides, une route pour notre Dieu. Que tout ravin soit comblé, toute montagne et toute colline abaissées! que les escarpements se changent en plaine, et les sommets, en large vallée! Alors se révélera la gloire du Seigneur, et tout être de chair verra que la bouche du Seigneur a parlé.» (Isaïe 40,3-5)
Père Bruno Felgeyrolles osv

Chers amis, chers paroissiens,

SAVE THE DATE !!! Oui, réservez votre soirée du samedi 15 décembre 2018…

En effet, la paroisse transforme, le temps d’un dîner, la salle paroissiale « La Fontaine » (10 rue La Fontaine à la Roche sur Yon) en restaurant…

Aux fourneaux ? : une petite équipe de paroissiens joviaux et ayant reçu quelques talents culinaires…

Au service ? : M. le Curé et une petite équipe de paroissiens fort sympathiques qui seront à vos petits soins…

pour quelle raison ? : La paroisse organise les 16 et 17 mars prochains (pendant le Carême) un spectacle intitulé « Passion » sur la vie publique du Christ. Ce spectacle sera joué par des jeunes collégiens et lycéens de Vendée et entraîne quelques coûts (logistique, communication, …). Le bénéfice du « resto du Curé » permettra de couvrir une partie de ces charges. Pour en savoir plus sur le projet « Passion », cliquez ici

Et concrètement, comment ça se passe ? : après vous être inscrit(e) pour participer, vous vous présentez le samedi 15 décembre 2018 vers 19h30 au 10, rue La Fontaine. Vous serez installé(e) à table avec vos amis (précisez à l’inscription avec qui vous souhaitez être) ou avec des personnes « à découvrir ». Laissez-vous servir (le menu sera le même pour tout le monde) et profitez d’une belle soirée… Au moment de régler la note, il vous en coûtera 15€/personne.

Comment s’inscrire ? : envoyez un mail à repassaintpaul@gmail.com en précisant vos nom, prénom ainsi que le nombre de personnes que vous souhaitez inscrire. ATTENTION, ne tardez pas, le nombre de places est limité !

 

Les 16-17 mars 2019

La Paroisse Saint Paul avec l’aide des « Baladins de l’Évangile » vous présentent leur projet « Passion »

Qui sont les baladins de l’Évangile ?
Le 10 juillet 1960 en la basilique Saint Pierre de Rome, un curé de paroisse en Aveyron, le père Jean Vieilledent (1924-2008), a une intuition : « Il faut créer un groupe pour sauver la foi des jeunes, les aider à répondre aux appels de Dieu, et cela se fera par la Passion du Christ ».
Ainsi naissent « le groupe de la Passion » puis le « Foyer d’Amitié » (jeunes se retrouvant chaque fin de semaine pour approfondir leur foi). Les jeunes « jouent » la Passion et, à travers les différents tableaux  découvrent Qui est le Christ. Les jeunes ne sont plus acteurs mais messagers de la Parole de Dieu. De 1989 à 2008, l’association est présente à de nombreuses JMJ (Santiago, Czestochowa, Paris, Cologne, Sydney,…).
En 2010, l’association « foyer d’amitié » devient la « Communauté des Baladins de l’Évangile. »
L’association « Communauté des Baladins de l’Évangile » s’inscrit dans cette dynamique de la nouvelle évangélisation soutenue par le Pape et les évêques et qui rejoint tous nos frères dans le Christ. L’évangélisation par le spectacle est plus que jamais d’actualité, notamment pour rencontrer les plus jeunes.
Forts de leurs 60 années d’expérience, Les Baladins de l’Évangile donnent à des jeunes de vivre sur scène la Parole de Dieu, pour qu’ils se laissent transformer par la force de cette Parole.
La « méthode Baladins » permet de monter un spectacle en 24h pour les acteurs (pas de texte à apprendre, costumes, accessoires, sons et lumières fournis par les Baladins).
Projet « La Passion » à la Roche sur Yon
La Paroisse St Paul a demandé aux baladins de l’Évangile de venir monter le spectacle « Passion » les 16 et 17 mars 2019 avec des jeunes collégiens et lycéens « de chez nous »
Avec ce projet, la paroisse St Paul a 3 objectifs :
*investir et responsabiliser des jeunes, parfois loin de nos communautés ecclésiales, afin qu’ils soient acteurs et ainsi, valoriser leurs talents tout en leur faisant découvrir le Christ.
*Encourager les paroissiens à être missionnaires et à inviter largement à ces représentations. Un tel spectacle peut permettre de rencontrer Jésus, peut toucher les coeurs…
*Faire vivre le récit de « la Passion » d’une manière nouvelle durant le Carême afin de toujours mieux « entrer » dans ce mystère.
Télécharger le tract pour participer à ce projet en cliquant ici
Pour aider financièrement le projet, vous pouvez donner via la cagnotte en ligne : https://www.lepotcommun.fr/pot/wczsybdf
Au nom du conseil économique paroissial, je tiens à remercier tous ceux qui ont participé financièrement à la vie de la paroisse encore cette année. Grâce aux dons de 200 bienfaiteurs, nous avons collecté 36 665 €. Merci pour votre générosité et pour les efforts consentis quel que soit leur montant.
Malheureusement c’est encore insuffisant pour pouvoir boucler le budget de la paroisse. Il manque environ 32 000€ !
La paroisse propose beaucoup d’activités et fait intervenir de nombreux bénévoles, mais elle manque cruellement de ressources financières. Il lui faut suffisamment de dons pour : faire fonctionner le secrétariat, entretenir ses locaux et les églises, évangéliser, utiliser davantage les moyens modernes de communications, servir les frères dans le besoin, Pour qu’une paroisse soit dynamique, il lui faut des moyens humains, une communauté fervente et motivée mais aussi des moyens économiques suffisants. Puisque l’Église ne reçoit aucune subvention, ses ressources ne sont que les dons des fidèles. Nous avons donc encore besoin de vous !
La sagesse populaire dit parfois « L’argent est un bon serviteur mais un mauvais maître ». L’argent doit garder ce statut de serviteur pour chacun de nous, mais ce serviteur nous est utile à tous. La vie paroissiale aussi, ne peut être assurée correctement sans l’aide de ce serviteur.
L’Eglise n’est pas une simple association qui doit équilibrer ses budgets chaque année. Elle est bien plus que cela, elle est le moyen que Dieu nous donne pour proposer au monde, son message d’amour. Faire un don pour le fonctionnement de l’Eglise c’est une manière de contribuer à la diffusion de l’Evangile
On le voit dans le Nouveau Testament, dès les premiers temps de l’Eglise, les chrétiens donnaient largement. Aujourd’hui encore parmi les 5 préceptes de l’Eglise il y a l’invitation à « subvenir aux besoins matériels de l’Eglise, selon ses possibilités ». (Catéchisme de l’Eglise Catholique Abrégé p. 269)
Je ne doute pas que chacun pourra, dans la prière, discerner ce que le Seigneur attend de lui dans cette aide à fournir à sa paroisse.
Soyez remerciés de votre générosité et de votre fidélité.
Pour le conseil économique,
Dominique LUBOT, Curé
PS : Le saviez-vous ? Au niveau national seul un catholique sur dix donne à l’Eglise…
Combien donner ? L’Eglise propose de donner l’équivalent d’une ou deux journées de travail mais le montant de votre participation relève d’un choix personnel. Tout don, même modeste, est précieux.
>>Télécharger le document complet en cliquant ici
Le plus beau des cadeaux
            Chères paroissiennes et chers paroissiens,
            Ce mois de novembre commence par deux célébrations liturgiques qui nous font passer de la vie à la mort et de la mort à la vie. La Toussaint, d’abord, nous rappelle avec force que notre patrie est au ciel. Ceux que nous vénérons, saints connus et inconnus, nous ont précédés ici-bas, avec les mêmes questions, les mêmes combats, les mêmes joies et ils ont triomphé dans le Christ. En fait, c’est le Christ que nous vénérons en eux, chacun étant pour sa part un reflet de la sainteté absolue du  »plus beau des enfants des hommes ». Seule la Vierge Marie peut prétendre à une sainteté universelle, celle de toutes les vertus de son Fils, puisque Elle ne vit que de Lui, que par Lui, qu’avec Lui et qu’en Lui. C’est une magnifique fête de la Vie car « la gloire de Dieu, c’est l’homme vivant ; et la vie de l’homme, c’est de voir Dieu » (Saint Irénée de Lyon). Nous repensons peut-être à des aïeux, des figures marquantes de nos familles, qui ont mené une belle et simple vie sur terre, exemples cachés de sainteté de l’ordinaire. Il n’en a pas été ainsi pour tous.
            Le lendemain, en effet, l’Église nous invite à prier pour nos chers défunts et à intercéder pour eux afin que soient purifiés les restes du péché qui les retiennent d’entrer dans la vision de la lumière divine. Pour cela, depuis fort longtemps, notre Mère l’Église propose aux prêtres de célébrer, ce 2 novembre, trois Messes pour les morts.[1] Elle sait que la Messe est le moyen le plus puissant et le plus efficace d’intercession pour eux. C’est une action de vie que nous menons pour les morts, en recourant au sacrifice du Sauveur qui se perpétue dans la Sainte Messe. Comment donc ?
            En mourant sur la Croix, Jésus, Dieu fait homme et Fils de Dieu, s’offre à son Père pour le salut de toute l’humanité. Dès lors, une fois son sacrifice achevé, toutes les grâces de salut sont acquises définitivement. La Croix est comme une source profonde inépuisable où nous pouvons recueillir sans cesse la miséricorde de Dieu qui restaure tous les hommes et chacun d’entre eux, à travers tous les âges de l’humanité. Tout est acquis, mais tout demande à se répandre. Et Jésus a  »inventé » ce moyen génial de la Messe qui nous transporte à chaque fois au pied de la Croix avec Marie et Jean pour que nous puisions à la source l’Amour de Dieu qui nous régénère. Chaque Messe est célébrée pour le monde entier, comme intention générale. En plus, chaque Messe peut être célébrée, appliquée, pour une intention particulière au profit des vivants ou des morts, pour que la grâce du sacrifice de Jésus vienne toucher personnellement tel ou telle de la tendresse du Rédempteur, pour faire monter une action de grâce vers le Père ou pour guérir et sanctifier ce qui peut encore l’être.
            Concrètement, faire célébrer une Messe est le plus beau cadeau que vous puissiez offrir à vos proches, vivants ou défunts, ou la plus belle manière de porter une intention qui vous est chère. Combien de gerbes de fleurs, qui sont certes l’expression de l’affection, lors des sépultures, alors que le défunt ne bénéficiera pas d’une seule Messe ! Les fleurs sont visibles mais fanées après quelques jours. L’intention de Messe offerte procède de la foi en la miséricorde ; elle reste discrète mais porte un fruit de vie éternelle. Quelle charité plus grande ? Double à vrai dire, pour le ciel et c’est le plus important, pour la terre car vous contribuez à soutenir l’Église en aidant vos prêtres.
            Soyons clairs ! La Messe n’a pas de prix, sinon celui du Sang versé de Jésus-Christ, le prix infini de son Amour livré. On ne paie pas une Messe. L’offrande est proposée, mais libre ; elle est l’expression concrète, matérielle, de votre engagement dans la prière et rémunère en même temps le service du prêtre qui célèbre. Le prêtre ne peut recevoir qu’une seule offrande par jour. Par exemple, toutes les intentions données le dimanche sont réparties et célébrées ensuite, chacune, dès que possible, lors d’une Messe, par un des prêtres de la paroisse. Et si chaque foyer de la paroisse offrait tous les mois, ou même tous les deux mois, une intention ? Merci à tous ceux qui y pensent déjà. Si cela ne vous pas été transmis par culture familiale, prenez cette bonne habitude.
            Alors, quand il s’agit de choses spirituelles profondes, pour plagier une ancienne publicité des fleuristes – pour qui j’ai la plus grande estime d’ailleurs -, ne le dites plus avec des fleurs, mais dites-le avec des Messes ! C’est le plus beau des cadeaux. Il a un coût, mais il n’a pas de prix pour ceux que vous aimez !
abbé Philippe-Marie Airaud
[1]      Seul jour de l’année avec Noël.

 

Pour la deuxième année consécutive, la paroisse St Paul propose une préparation paroissiale à la Consécration (ou à son renouvellement) à Jésus par les mains de Marie. Retrouvez ci-dessous quelques extraits de l’édito d’octobre 2017 écrit à ce sujet par le père Airaud
« Notre paroisse veut s’inscrire dans cet élan en proposant à tous ceux qui le désirent de renouveler les promesses de leur baptême en se consacrant solennellement à Jésus, Sagesse incarnée, par les mains de Marie, à l’école du Père de Montfort. Cette démarche est essentiellement personnelle mais il n’empêche pas que nous puissions la préparer et la finaliser tous ensemble lors de la fête paroissiale, jour de l’Immaculée Conception, le 8 décembre.
            Nulle condition particulière n’est requise. Chacun peut entrer dans cette démarche, moyennant un désir profond de mieux vivre les grâces de son baptême pour grandir dans la sainteté. Il y faut simplement une âme de pauvre et de mendiant de l’Amour du Seigneur, tout comme la Vierge Marie. J’encourage également ceux qui l’ont déjà faite, même à une autre date, à la renouveler avec toute la paroisse.
            Concrètement, notre curé, le Père Dominique, propose de s’appuyer sur le livre Tout à Jésus par Marie, de votre serviteur. Les 33 jours de préparation commenceront le 5 novembre. Je vous aiderai à avancer sur ce chemin par une série de 4 conférences, correspondant aux 4 périodes qui ponctuent ces exercices : 12 jours pour renoncer au monde, 1 semaine pour mieux se connaître, 1 semaine pour mieux connaître la Vierge Marie et 1 semaine pour mieux connaître Jésus-Christ. A vrai dire, tous les détails de la progression sont dans le livre et ces conférences ne seront qu’une aide. Vous pourrez donc vous joindre à tous même si vous ne pouvez pas suivre toutes ou partie des conférences.
            Plus nombreux nous serons à nous consacrer et plus l’œuvre de sanctification du monde progressera. C’est un enjeu à la fois personnel, paroissial, ecclésial et missionnaire qui se présente à nous. N’hésitez pas à saisir cette occasion avec joie et confiance ! Le Seigneur a besoin de saints pour son Règne !
            Durant ce mois d’octobre, disons déjà notre chapelet à cette intention. Bien à vous tous, à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.
Père Philippe-Marie Airaud
 PS : En achetant le manuel préparatoire Tout à Jésus par Marie, Un appel à se consacrer avec saint Louis-Marie Grignion de Montfort (éditions DMM), vous acquerrez 5 écrits fondamentaux complets du saint et bien d’autres trésors. En outre, vous contribuerez au fonctionnement matériel de la paroisse car les droits d’auteurs lui seront reversés intégralement. Merci d’avance !
Ce livre est en vente  à la librairie Siloé (rue Joffre à la Roche sur Yon) »
Retrouvez également l’article écrit à l’occasion de la sortie du livre du père Philippe Airaud en cliquant ici

Dates des 4 conférences en 2018 (chapelle de la Vierge, église St Louis):
  • 2 novembre à 20h30 : Conférence de lancement des 33 jours
  • 16 novembre à 20h30 : 2ème conférence
  • 23 novembre à 20h30 : 3ème conférence
  • 30 novembre à 20h30 : 4ème conférence

Journée de jeûne et de prière à l’appel du pape François devant le scandale de la pédophilie dans l’Église

Vous trouverez ci-après la lettre du pape François au Peuple de Dieu du 20 août dernier. Il l’a écrite devant « la souffrance vécue par de nombreux mineurs à cause d’abus sexuels, d’abus de pouvoir et de conscience, commis par un nombre important de clercs et de personnes consacrées » et pour inviter « tout le saint peuple fidèle de Dieu à l’exercice pénitentiel de la prière et du jeûne, conformément au commandement du Seigneur, pour réveiller notre conscience, notre solidarité et notre engagement en faveur d’une culture de la protection et du « jamais plus » à tout type et forme d’abus. »
Pour répondre à son appel, je demande que soit mise en place dans les paroisses une journée de jeûne et de prière le 7 décembre, premier vendredi de l’Avent et veille de la fête de l’Immaculée Conception. Ceux qui le voudront pourront renouveler personnellement cette journée de jeûne et de prière chaque vendredi de l’Avent.
Enfin je vous invite à une conférence de Madame Ségolène MOOG, déléguée de la conférence des évêques de France à la cellule permanente de lutte contre la pédophilie le mercredi soir 16 janvier au collège Richelieu à la Roche-sur-Yon.
Que la Vierge Marie, Mère du Fils de Dieu venu partager notre humanité et Mère de l’Église, nous aide à entrer tous ensemble dans cette démarche de pénitence, de réparation et de purification.
François JACOLIN
Evêque de Luçon

Pour télécharger la version complète (lettre Mgr Jacolin + lettre Pape François), cliquer ici