ACTUALITES PAROISSIALES

Toute l’actualité de votre paroisse est condensée sur cette page. N’hésitez pas à naviguer parmi tous les articles proposés.

Cette année, le mois de novembre sera marqué par la première journée mondiale des Pauvres. Instaurée par le Pape François, elle aura lieu le 19 novembre. Méditons quelques passages du message du Pape pour cette occasion. Cela nous permettra d’entrer dans l’esprit qui doit animer cette journée.
Le Pape commence par faire un constat percutant pour nous obliger à nous ouvrir aux pauvres. « Ne pensons pas aux pauvres uniquement comme destinataires d’une bonne action de volontariat à faire une fois la semaine, ou encore moins de gestes improvisés de bonne volonté pour apaiser notre conscience. » (Message du Saint-Père pour la journée mondiale des pauvres, n° 3) Voilà qui est dit.
Mais alors comment s’y prendre, direz-vous ? La clef que nous donne le Pape, nous remet au cœur de notre vie chrétienne. « Si nous voulons rencontrer réellement le Christ, il est nécessaire que nous touchions son corps dans le corps des pauvres couvert de plaies, comme réponse à la communion sacramentelle reçue dans l’Eucharistie. Le Corps du Christ, rompu dans la liturgie sacrée, se laisse retrouver, par la charité partagée, dans les visages et dans les personnes des frères et des sœurs les plus faibles. » (idem)
« Nous sommes appelés, par conséquent, à tendre la main aux pauvres, à les rencontrer, à les regarder dans les yeux, à les embrasser, pour leur faire sentir la chaleur de l’amour qui rompt le cercle de la solitude. » (idem) Pour nous aider à rencontrer les pauvres, il existe de nombreuses associations caritatives, comme les conférences Saint-Vincent de Paul ou le Secours Catholique. Mais la paroisse n’est pas en reste. Elle organise, le dernier dimanche de chaque mois, un repas solidaire au 10 rue Lafontaine. Il y a toujours besoin de « petites mains » pour faire un plat ou pour servir à table. Ils sont une bonne cinquantaine à venir chaque mois. Alors saisissons cette occasion toute simple pour rencontrer concrètement des pauvres.
Le mois de novembre est aussi celui où nous pensons à nos morts, que ce soit à l’occasion du 2, commémoraison de tous les fidèles défunts, ou du 11 novembre, armistice de 14-18. Pourquoi y revenir annuellement ? Parce que malgré les bons moments que nous avons pu passer avec eux, ils ont besoin d’être purifiés pour paraître devant le Dieu trois fois saint. Mais depuis le temps que l’on prie pour eux ne sont-ils pas déjà au Ciel ? Peut-être. Et si tel est le cas, nos prières servent à d’autres.
De toutes les prières, la Messe est la plus puissante sur le cœur de Dieu. Car elle est le sacrifice non sanglant du Christ sur la Croix. Alors pourquoi ne pas offrir une ou des Messes pour le repos de l’âme de nos défunts. Ne pensons pas à eux sans prier pour eux. Ce sont des pauvres qui n’ont que nous. Faisons leur le cadeau du Ciel.
Le mois de novembre a donc pour thème les pauvres. Le Pape François nous invite à agir concrètement : « « Petits enfants, n’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité » (1 Jn 3, 18). Ces paroles de l’apôtre Jean expriment un impératif dont aucun chrétien ne peut faire abstraction. » (N° 1) Ainsi donc, que les pauvres soient bien vivants ou défunts, agissons !
Père Frédéric LAURENT osv

 

Chers amis,
Jeudi dernier, la démission de Mgr CASTET nous a tous surpris. Après avoir été notre évêque pendant neuf années, il se retire pour des raisons de santé en pleine année jubilaire. Nous lui sommes reconnaissants et nous pourrons le lui manifester en participant à la messe d’action de grâce et d’au revoir le dimanche 22 octobre à 15h30 à la cathédrale de Luçon.
Ce samedi 14 octobre, le collège des consulteurs (sept prêtres désignés par Mgr CASTET en 2014) vient de se réunir selon le droit de l’Église catholique pour élire un administrateur diocésain. Les frères prêtres de ce collège m’ont désigné pour ce service, cette charge. En connaissant mes limites et mes pauvretés, j’ai accepté cette élection par souci de notre Église diocésaine et de chacun de vous pour poursuivre la mission et servir la communion, avec vous.
Nous nous disposons ensemble à l’attente d’un nouvel évêque. Je vous invite, d’ores et déjà, chacun personnellement et en communauté locale, paroissiale, en communauté religieuse, en fraternité, en équipe de mouvement, à prier pour lui, pour que le Seigneur le prépare à son futur ministère au milieu de nous, à prier pour notre Église diocésaine de Luçon, pour que nous soyons humbles, accueillants et disponibles. Si vous le voulez bien, aussi souvent que possible, implorons la sainte patronne de notre diocèse : « Notre-Dame de l’Assomption, priez pour nous, priez pour notre diocèse de Luçon et son futur évêque. »
Dans la confiance et l’espérance, que le Christ nous donne de tenir notre place dans son Église ; qu’Il nous éveille à la volonté de son Père ; par l’Esprit Saint qu’Il nous réconforte en l’absence d’un évêque qui le représente et qu’Il nous envoie rejoindre les petits et les pauvres, les incroyants et les indifférents pour leur annoncer sa bonne nouvelle : « l’amour personnel de Dieu qui s’est fait homme, s’est livré pour nous, et qui, vivant, offre son salut et son amitié. » (Pape François, « La joie de l’Évangile », n°128)
                                                                                   Bonne semaine missionnaire mondiale,
                                                                                              Abbé Jean BONDU.
Mot du père Jean Bondu, administrateur du diocèse
Après avoir été éprouvé par des ennuis de santé récurrents, j’ai pris la décision devant Dieu, en accord avec mes conseils médicaux, de présenter au Saint-Père ma renonciation à la charge d’évêque de Luçon. Le pape a bien voulu l’accepter. Cette décision prend effet le jeudi 12 octobre à 12h.
Je confie chacun et chacune d’entre vous à la bienveillance de Dieu. Je garde la ferme certitude qu’Il accompagnera notre Eglise, lui donnant de rester fidèle à sa grande tradition de générosité apostolique.
Je ne doute pas que vous demeurerez en communion avec celui que le Saint-Père me donnera comme successeur.
Priez pour moi comme je prie pour vous.
Mgr Alain Castet
Evêque émérite de Luçon
Chers Paroissiens,
Chaque année, à l’approche de Noël, la Paroisse Saint Paul vous invite à participer à un événement particulier, intitulé « Les Dîners presque Parfaits ».
L’idée en est simple : Un dîner entre Paroissiens, qui ne se fréquentent pas ou peu, afin de faire connaissance et d’insuffler au sein de notre communauté, une véritable fraternité.
Ce temps d’échange, simple, amical et convivial, permet à tous, de se rencontrer hors paroisse, de lier des amitiés nouvelles dans une même communion d’esprit, et de se recevoir chacun en Charité.
Chaque groupe de Paroissiens est constitué par tirage au sort afin que les rencontres se créent hors cercle amical déjà constitué.
Les participants sont libres de décider s’ils veulent recevoir ou être reçus, et le dîner est partagé, librement, en fonction des possibilités de chacun.
Organisé pendant cette période particulière de l’Avent,  pour nous Catholiques, dans l’attente de la naissance de notre Sauveur, ce dîner est un moyen de nous rassembler et de nous réunir davantage. Par la prédication de l’Évangile du Christ, nous nous sommes retrouvés, il nous appartient maintenant de nous enrichir les uns les autres, et de resserrer nos liens tels qu’ils existaient dans les premières communautés chrétiennes.
Répondez nombreux à cette invitation qui vous est faite, pour la première fois, ou pour renouveler l’expérience, c’est toute la Paroisse qui se trouvera, grâce à vous, enrichie de cette convivialité forte.
Merci à Tous,
Chères paroissiennes et chers paroissiens,
            Ce mois d’octobre, mois du Rosaire 2017, advient cette année dans le contexte du 100° anniversaire des apparitions de Fatima. Dans ce petit hameau du Portugal, la Vierge Marie se présente aux trois petits bergers sous le vocable de Notre-Dame du Rosaire. Le 13 octobre 1917 se tient la dernière apparition, devant une foule considérable de plusieurs dizaines de milliers de personnes et sous une pluie battante. Les curieux sont venus voir le grand signe promis par notre Mère du Ciel. La  »danse du soleil » provoque l’effroi et pose un sceau sur ces apparitions publiques. Notre-Dame demande à Lucie de diffuser la dévotion à son Cœur Immaculé et lui apparaît en privé plusieurs fois, notamment en 1925 à Pontevedra, afin de lui donner la dévotion des cinq premiers samedis du mois*.
            La promesse du triomphe de son Cœur Immaculé (apparition du 13 juillet) faite par la Mère de Dieu Elle-même, rejoint les textes prophétiques de saint Louis-Marie Grignion de Montfort dans son Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge (notamment au n° 55). Ainsi, dans les temps difficiles de combat spirituel que nous vivons, il paraît de plus en plus nécessaire de se consacrer à Jésus en prenant Marie chez nous. Par le Cœur Immaculé de Marie nous pénétrons les mystères du Sacré-Cœur de Jésus et vivons plus résolument en son intimité.
            Notre paroisse veut s’inscrire dans cet élan en proposant à tous ceux qui le désirent de renouveler les promesses de leur baptême en se consacrant solennellement à Jésus, Sagesse incarnée, par les mains de Marie, à l’école du Père de Montfort. Cette démarche est essentiellement personnelle mais il n’empêche pas que nous puissions la préparer et la finaliser tous ensemble lors de la fête paroissiale, jour de l’Immaculée Conception, le 8 décembre.
            Nulle condition particulière n’est requise. Chacun peut entrer dans cette démarche, moyennant un désir profond de mieux vivre les grâces de son baptême pour grandir dans la sainteté. Il y faut simplement une âme de pauvre et de mendiant de l’Amour du Seigneur, tout comme la Vierge Marie. J’encourage également ceux qui l’ont déjà faite, même à une autre date, à la renouveler avec toute la paroisse.
            Concrètement, notre curé, le Père Dominique, propose de s’appuyer sur le livre Tout à Jésus par Marie, de votre serviteur. Les 33 jours de préparation commenceront le 5 novembre. Je vous aiderai à avancer sur ce chemin par une série de 4 conférences, correspondant aux 4 périodes qui ponctuent ces exercices : 12 jours pour renoncer au monde, 1 semaine pour mieux se connaître, 1 semaine pour mieux connaître la Vierge Marie et 1 semaine pour mieux connaître Jésus-Christ. A vrai dire, tous les détails de la progression sont dans le livre et ces conférences ne seront qu’une aide. Vous pourrez donc vous joindre à tous même si vous ne pouvez pas suivre toutes ou partie des conférences.
            Plus nombreux nous serons à nous consacrer et plus l’œuvre de sanctification du monde progressera. C’est un enjeu à la fois personnel, paroissial, ecclésial et missionnaire qui se présente à nous. N’hésitez pas à saisir cette occasion avec joie et confiance ! Le Seigneur a besoin de saints pour son Règne !
            Durant ce mois d’octobre, disons déjà notre chapelet à cette intention. Bien à vous tous, à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.
Père Philippe-Marie Airaud
 PS : En achetant le manuel préparatoire Tout à Jésus par Marie, Un appel à se consacrer avec saint Louis-Marie Grignion de Montfort (éditions DMM), vous acquerrez 5 écrits fondamentaux complets du saint et bien d’autres trésors. En outre, vous contribuerez au fonctionnement matériel de la paroisse car les droits d’auteurs lui seront reversés intégralement. Merci d’avance !
Ce livre est en vente  à la librairie Siloé (rue Joffre à la Roche sur Yon)

 Dates des 4 conférences (chapelle de la Vierge, église St Louis):
  • 3 novembre à 20h30 ou 5 novembre à 18h45 : Conférence de lancement des 33 jours
  • 17 novembre à 20h30 : 2ème conférence
  • 24 novembre à 20h30 : 3ème conférence
  • 1er décembre à 20h30 : 4ème conférence

*dévotion des 5 premiers samedis du mois (demandée par Notre Dame à Lucie).
Le 10 décembre 1925, la Vierge et l’Enfant Jésus lui apparaissent. Jésus lui dit :
« Aie pitié du Coeur de la Très Sainte Mère, entouré des épines que les hommes ingrats lui enfoncent à tout moment, sans qu’aucun acte de réparation soit fait pour les en retirer » La Vierge ajouta : « Vois, ma fille, mon Coeur entouré d’épines que les hommes ingrats m’enfoncent à chaque instant par leurs blasphèmes et leurs ingratitudes. Toi, du moins, tâche de me consoler et annonce que je promets d’assister à l’heure de la mort, avec toutes les grâces nécessaires pour sauver leur âme, tous ceux qui, pendant cinq mois de suite, le premier samedi de chaque mois, en esprit de réparation :
– se confesseront,
– communieront,
– réciteront un chapelet,
– passeront un quart d’heure avec moi en méditant les mystères du Rosaire ».

Pourquoi cinq samedis ? Lucie reçoit la réponse du Seigneur dans la nuit du 29 au 30 mai 1930 à Tuy :
« Ma fille, le motif en est simple, il y a cinq espèces d’offenses et de blasphèmes proférés contre le Coeur Immaculé de Marie :
– les blasphèmes contre l’Immaculée Conception ;
– les blasphèmes contre sa virginité ;
– les blasphèmes contre sa Maternité divine, en refusant en même temps de la reconnaître comme Mère des hommes ;
– les blasphèmes de ceux qui cherchent publiquement à mettre dans le coeur des enfants l’indifférence, le mépris ou même la haine à l’égard de cette Mère Immaculée ;
– les offenses de ceux qui l’outragent directement dans ses saintes images.
Voilà, ma fille, le motif pour lequel le Coeur Immaculé de Marie m’a inspiré de demander cette petite réparation ».